Discours de Mr Sarkosy sur l’hopital

mercredi 17 octobre 2007
par  jeanpierre
popularité : 1%

Hôpital : Réforme de progrès ou révolution libérale des temps modernes.

16 octobre 2007

Le président de la République l’a dit devant un parterre d’hospitaliers, tant public que privé d’ailleurs : « Il faut aimer l’hôpital, les valeurs, les femmes et les hommes qui le font vivre au quotidien, l’hôpital employeur, investisseur, donneur d’ordres ». Un concentré de la Nation …

Mais le constat est sévère, l’hôpital va mal : malaise des professionnels et déficits récurrents ; il faut donc changer !

Et c’est la que ça se gâte. La rengaine habituelle sur l’immobilisme du service public (il faut entendre là le carcan du statut des personnels) nous est revenu aux oreilles. Il faut donc faire sauter tous les verrous statutaires qui les empêchent d’être flexibles, malléables, mobiles tant dans l’établissement que dans les territoires. Il faut récompenser, contractualiser, privatiser tout ce qui n’est pas du Soin, embaucher de gré à gré, intéresser aux résultats (lesquels ?), supprimer les 35 heures et faire des heures supplémentaires…

Les infirmières veulent la reconnaissance de la licence, et bien soit, ce sera du donnant perdant : départs anticipés à la retraite à 55 ans c’est fini !

Il y a des objectifs financiers à tenir avec la T2A à 100% : 0% déficit à l’horizon (de 3 à 4 ans) Vivre longtemps, c’est travailler longtemps et beaucoup ! Les hospitaliers apprécieront cette offensive libérale dont ils font malheureusement déjà les frais.

Moyens supplémentaires, amélioration des conditions de travail, mesures pour la formation, réduction de la précarité, créations d’emplois, dispositifs pour combler les postes vacants, ce n’est pas au programme du président. Alors que faire : Agir, se rassembler, débattre, proposer, se syndiquer, aller voter le 23 Octobre 2007, voter CGT !