Négociations Salariales de la fonction publique :

DECLARATION DE LA CGT
mardi 4 décembre 2007
popularité : 1%

Même s’il s’agit encore d’une avancée modeste, la CGT se félicite de la réunion d’aujourd’hui qui, clairement, est à mettre au compte de la mobilisation des personnels et à la détermination unitaire de leurs organisations. Ceci étant, il ne s’agit que d’un premier pas. L’essentiel –c’est-à-dire, de véritables négociations autour de mesures permettant l’ouverture de celles-ci- reste toujours à concrétiser.

Or, les déclarations du Président de la République le 29 novembre, les propos du Premier Ministre hier et les vôtres aujourd’hui même, demeurent très éloignés des légitimes exigences des agents, de financements assis sur une réforme porteuse d’équité et de progrès et, au total, d’une Fonction publique encore améliorée pour être mieux au service de tous.

Nous exprimons notre opposition à votre proposition de mener des négociations disjointes avec la FPT et la FPH en matière de rémunérations et de pouvoir d’achat

En ce qui concerne les revalorisations salariales et le pouvoir d’achat, les solutions à mettre en ½uvre d’urgence ne passent certainement pas par « le travailler plus pour gagner plus ». S’il est indispensable de revaloriser significativement le taux des heures supplémentaires de tous les salariés de la Fonction publique, l’accroissement du volume de celles-ci, la « monétisation » des comptes épargne-temps ne peuvent concerner qu’une minorité d’agents et, par nature, seront discriminatoires entres les différentes catégories, les hommes et les femmes, les affectations géographiques, etc. De surcroît, ces dispositifs seront éminemment coûteux pour le contribuable, ce qui est inacceptable. Pour la CGT, la vraie référence reste le point d’indice et la grille. Seuls éléments communs à tous les personnels des 3 versants, ils constituent en outre, le socle incontournable permettant la reconnaissance des qualifications, le maintien d’une Fonction publique de carrière et la possibilité d’une large mobilité.

Comme vous le demandent toutes les organisations syndicales depuis des mois, il faut donc de réelles négociations immédiates portant sur des mesures générales pour 2007 et 2008, sans faire le moins du monde l’impasse sur les pertes accumulées antérieurement. De telles mesures seront bonnes pour les agents, bonnes pour les ressources publiques et de protection sociale, bonnes pour la croissance. Elles sont tout à fait réalistes et réalisables. Il s’agit simplement de choix économiques et politiques.

Pour ne s’en tenir qu’à 2 exemples, il faut rappeler que la mise en place du bouclier fiscal à 50 % coûtera globalement environ 1 milliards d’euros dont 583 millions d’euros qui vont aller aux 13.000 contribuables les plus fortunés et que, en 2007 au titre de l’année 2006, 60 patrons français se sont octroyés 1,8 milliard d’euros de dividendes, dividendes faisant par ailleurs l’objet d’un abattement de 40 % avant d’être soumis à l’impôt sur le revenu et dont votre gouvernement entend encore réduire l’imposition.

Enfin, il serait incompréhensible que le Président de la République souhaite rendre partout obligatoires dans le secteur privé les négociations annuelles sur les salaires et qu’il s’en exonère là où il peut agir en direct.

En ce qui concerne l’emploi public, la CGT tient à vous redire son hostilité complète à la politique de réduction des effectifs. Celle-ci –que vous souhaitez étendre aux 3 versants de la Fonction publique- découle d’une vision comptable et libérale que nous contestons.

Pour notre part, c’est à partir des missions que l’on veut voir confier à la Fonction publique qu’on peut utilement débattre des emplois dont nous avons besoin.

Or, ce débat essentiel n’est toujours pas mené, ce qui démontre le chemin restant à parcourir pour l’instauration d’un vrai dialogue social dans la FP.. Ce que vous mettez en ½uvre, en les aggravant, ce sont des reculs pour toute la population et une nouvelle détérioration des conditions de travail pour les personnels.

Au contraire, la CGT réclame des créations d’emplois statutaires partout où c’est nécessaire et un moratoire sur les suppressions projetées pour 2008. Sur ces bases, la CGT vous dit qu’elle est disponible sans délai pour négocier.


Brèves

31 décembre 2013 - voeux 2014

la CGT de l’hôpital de Dreux vous présente ses v½ux pour 2014. gagner de nouveaux droits, (...)

3 juillet 2013 - Nouvelle brève

Hôpital de Dreux L’équipe de salle de naissance, de maternité, de gynécologie et de (...)

1er janvier 2013 - voeux 2013

la cgt de l’hôpital de Dreux souhaite à ses visiteurs une bonne année (...)

28 août 2007 - Mérite ???

prime de 10 000 euros pour certains directeurs, pour nous à l’hopital de Dreux, de (...)